Fin avril, on se découvre d’un fil!

Pour ceux et celles qui croient qu’à cette période de l’année à Québec, il n’y a rien à faire, détrompez-vous! En avril, on peut bien se découvrir d’un fil, en commençant par aller prendre une margarita et commander de bons tacos sur la terrasse arrière (et chauffée!) du Deux22, rue St-Joseph. C’est là où a débuté notre semaine bien remplie d’activités et de sorties énergisantes pour ce début de printemps un peu trop gris, avouons-le, mais pas pour autant déprimant.

Un stop au Deux22, c’est devenu pour nous une habitude. On s’y arrête avant un spectacle au Cercle pour souper ou un vendredi soir après le travail pour décompresser et commencer le weekend en beauté. On aime l’endroit pour son ambiance cool et décontractée, pour son staff toujours sympathique et pour sa musique parfois reggae. On en profite toujours pour fouiner du côté boutique un peu en attendant notre burrito. C’est que la section boutique offre des marques et styles uniques à Québec, dont les produits Deus Ex Machina que l’on aime particulièrement! On vous recommande la margarita spéciale de P-Y, le proprio, pas trop surette et un peu vanillée. Demandez la tequila Casamigos, vous ne serez pas déçus!

Jeudi le 20 avril, Béa Johnson était à l’affiche au Cercle pour nous présenter son mode de vie  »Zéro Déchet ». D’origine provençale, vivant maintenant en Californie, elle et sa famille réussissent l’exploit de limiter leur déchets annuels à 1 kg. Béa a poussé à l’extrême le concept d’éliminer l’inutile dans sa vie, incluant les déchets domestiques. L’idée pour nous n’est pas d’atteindre l’idéal de Béa du zéro déchet, mais bien à se sensibiliser au pouvoir que nous avons en tant que consommateur. Que nos choix ont un impact environnemental et qu’il faut agir en conséquence, qu’un petit pas vers le développement durable peut avoir un grand impact sur notre société et surtout sur notre planète en souffrance.

Elle a généreusement partagé tous ses trucs pour nous permettre d’atteindre notre objectif de diminution des déchets, appuyant ses propos de photos de sa propre maison, de son garde-manger, sa garde-robe et sa famille, qui semble tout à fait normale.

Vendredi soir, le 21 avril, c’est au Vernissage de Canadian Bacon que nous nous sommes rendues malgré la pluie et le vent intense qu’il faisait, ce qui ne semblait pas avoir apeuré trop de gens puisque l’endroit était rempli. À ce qu’on nous a dit, les derniers visiteurs ont d’ailleurs quitté assez tard dans la nuit (ou tôt si vous préférez…!). Quoi de mieux pour débuter la fin de semaine que de découvrir des artistes émergents d’ici tout en sirotant un gin tonic accompagné de la musique d’un DJ qui était présent sur place? Les œuvres étaient, chacune à leur façon, vives et dynamique. Ici, tous semblent avoir trouvé son style et son message. C’est jeune, c’est unique et c’est rafraîchissant! Vous avez jusqu’au 5 mai pour aller visiter la galerie, rue Dupont, et vous remplir les yeux des couleurs vives des toiles de ce collectif dont Phelipe Soldevila, Matel et Pishier font parti, pour ne nommer qu’eux. Vous pourrez découvrir sur place des dizaines d’artistes de grands talents.

En ordre, Pishier, Phelipe Soldevila et Matel.

Saucette à la Galerie 3 de la rue St-Vallier dimanche midi. L’endroit est une découverte pour nous. C’est l’artiste Rémy Pelletier qui nous avait parlé d’un artiste qui y exposait en janvier dernier. Dans le cadre de la Foire Papier ayant lieu à Montréal ce weekend là, j’avais vu qu’ici à Québec, c’était à la Galerie 3 que l’on pouvait admirer quelques-unes des œuvres d’Annie Descôteaux demeurées à Québec. Les autres œuvres ont été envoyées à Montréal pour l’événement. Ses créations sont des superpositions et des collages de formes découpées aux teintes vibrantes et pastelles, dans un assemblage précis et léger. Le travail d’Annie, c’est tout simplement frais, léger et joyeux. Ça sent le printemps! Et pour nous, ça nous rappelle aussi les couchers de soleil de Miami!

Oeuvres d’Annie Descôteaux.

On nous a expliqué sur place que, chaque mois, on peut admirer les œuvres d’un artiste sélectionné pour une durée d’environ un mois dans la salle principale. Dans la salle adjacente, les expositions se succèdent et varient après quelques semaines. Nous revisiterons certainement cette belle galerie prochainement pour connaitre de nouveaux artistes!

Puis, lundi soir, nous nous sommes rendues, excitées,  au lancement de la programmation 2017-2018 du théâtre de la Bordée. Sur place, on accueillait les détenteurs d’abonnements annuels et les curieux de découvrir les sélections du nouveau directeur artistique, monsieur Michel Nadeau. Dans le lobby, avec des airs de jazz, on offrait du pop-corn à saveurs originales, du thé de Camellia Sinensis et des bulles festives.

Le déroulement de la soirée a été tout à fait parfait! Nous avons eu droit à une introduction pour chacune des pièces par les metteurs en scènes eux-mêmes ou encore par monsieur Nadeau. Des séquences choisies étaient ensuite lues par les acteurs des pièces qui seront présentées à partir du mois de septembre prochain. Nous pouvons vous confier que ce sera difficile de faire des choix, puisque la programmation est variée, accessible et de grande qualité. Nous avons été surprises et heureuses d’apprendre que Christine Beaulieu sera ici, à Québec pour nous présenter son projet de théâtre documentaire, J’aime Hydro, dont on avait grandement entendu parler. Ce sera l’occasion de réfléchir ensemble sur l’avenir d’Hydro-Québec.

HipstamaticPhoto-514770473.637528

Nous avons aussi été touchées par le jeu d’Ariane Bellavance-Fafard d’Une bête sur la lune, pièce qui porte sur l’immigration aux États-Unis de réfugiés du génocide arménien au début des années 1900. Sujet encore bien de notre époque… Puis, notre curiosité a été piquée lors de la présentation de Mme G, cette femme d’ici qui tenait un bar sur l’avenue Cartier, la Grande Hermine. Maxime Beauregard-Martin a eu la chance de passer une nuit avec Madame Thérèse ce qui inspirera ses textes dans le cadre de cette création à la fois fictive et de documentaire.

Les spectateurs étaient enthousiastes et très émotifs au dévoilement. Nous sommes parties le cœur léger, pleins de projets de sorties en tête, en se disant qu’à Québec, les gens aiment définitivement leur théâtre.

OriginalPhoto-514776216.841049

Un midi de la semaine dernière, nous sommes allées dîner au Bistro Boréal Chez Boulay dans le cadre de l’événement Québec Exquis, pur sa 7e édition. C’était pour nous, l’opportunité de visiter plusieurs restaurateurs de Québec, étant jumelés à des producteurs québécois, pour constater leur créativité culinaire. Nous avions réservé à l’avance deux dîners pendant la durée de l’événement et étudié la liste des restaurants pour y sélectionner nos menus favoris. Lors du festival, les plats concoctés demeurent uniques et sont offerts à des prix abordables autant à l’heure du dîner qu’au souper. Cette année, les vins du Languedoc étaient mis en vedette dans chacun des établissements participants.

18057891_833626363451293_7903528915647303769_n

Ce fût pour nous la chance de savourer les créations d’Arnaud Marchant, affilié aux produits de la Maison Orphée dans une ambiance conviviale et sympathique qui nous a donné l’envie d’y retourner sur l’heure du lunch prochainement. On peut maintenant affirmer que le chef a un sens tout spécial pour faire ressortir les saveurs distinctes es produits. L’épaule d’agneau confite était tendre à souhaits et la polenta, crémeuse et savoureuse. Nous avons été comblée avec le dessert, le Paris-Brest aux saveurs de Tournesol: surprenant et agréable!

Et, ce soir-là, c’est à la Brasserie Artisanale Griendel que nous nous sommes rendues pour la présentation de la collection d’été de la boutique Ma Garde-Robe avec ses robes estivales et chemisiers légers. À 20h00 débutait le défilé de mode où il nous a été possible de voir aussi les créations d’autres designers de Québec tel que Carlo avec ses imprimés floraux et bohèmes et le Coin créatif pour qui nous avons eu le coup de foudre avec son t-shirt de St-So. Les créatrices ainsi que les modèles étaient tous sourires pour l’occasion. L’ambiance y était festive et ça sentait les canicules d’été et les festivals de musique! Non, mais on as-tu assez hâte un peu!

Finalement, c’est au Salon international des Vins et Spiritueux que nous avons terminé la semaine et débuté un nouveau weekend de façon tout à fait effervescente! Sur place, le soleil de la Grèce et de l’Espagne frappait fort, croyez-nous!  Les vignerons, producteurs et distributeurs y étaient sans contre-dits informés et emballés de nous rencontrer. C’est avec un peu de surprise que nous avons passé tout près de 5 heures sur place à parler, essayer et à apprendre! Nous y avons été initiées à des produits uniques, été informées sur les types de cultures ou de sols et, surtout, nous avons eu la chance d’échanger avec des gens passionnés et comment généreux. Chacun ayant son histoire ou sa recette à partager! On sentait que les exposants appréciaient leur visite ici, chez nous. Jo, des alcools Sortilège, nous disait d’ailleurs qu’à Québec, le public est différent, curieux et appréciatif, ce qui rend leur expérience des plus agréables.

HipstamaticPhoto-515103656.506360

Nous avons donc débuté notre visite du côté des vins avant de visiter la zone des spiritueux près de où l’on pouvait aussi goûter à des fromages, terrines et charcuteries. Nous avons découverts de nouveaux vins, oui, mais aussi des régions de production que l’on connaissait peu comme la Mythique Péloponnèse, en Grèce où les blancs étaient frais et fruités. Kevin, notre  »host », s’est montré amical et généreux!

HipstamaticPhoto-515102159.702949.jpg

Ici, quelques vins de Symbiose, importateur privé ou pour la SAQ de centaines de produits. Si vous essayez une bonne bouteille dans un resto de Québec, fortes sont les chances qu’elle vienne d’eux.

Il était possible, d’un kiosque à l’autre, d’essayer des produits variés, des bouteilles aux cépages rares, des bulles ou de revisiter des classiques comme les produits de Brumont ou Pyrène, qui s’est refait une beauté dernièrement. Nous avons pu goûter à une gamme de vins oranges guidés par Vadim d’Importations Sans Nom. Ce nouveau distributeur de vins aux saveurs surprenantes nous a permis de déguster des produits aux arômes et à la coloration complètement différents de ce que nous avons l’habitude de boire.

Un vin orange et un vin blanc des Importations sans nom.

Une mention toute spéciale à Andrew de Rabble Wine, de Paso Robles pour son enthousiasme. Il nous a fait revivre des souvenirs de la Californie avec plaisirs! Leur idée d’offrir des produits hors normes est tout à fait réussi, à commencer par les étiquettes qui sont en soient de pures œuvres d’art et ses rouges, pour lesquels nous avons eu de la difficulté à choisir notre favori.

HipstamaticPhoto-515100640.883505

Du côté des spiritueux, les produits québécois de qualité sont impressionnants! Il y a de quoi être fières de nos entrepreneurs. Les produits Oshlag, que l’on commence à distribuer dans les restaurant en ce moment, méritent d’être essayés. Les saveurs de genièvre sont surprenantes et nous avons déjà hâte de voir ce que nos mixologues de Québec, comme du Maelstrom, concocteront avec cette boisson. La petite bouteille de Fleur d’IPA captera sans aucuns doute le regard des clients derrière leur bar!

Et que dire de la Pur Vodka, dont on vous a déjà parlé, et de son Romeo gin, de son kiosque aux couleurs vives et de son implication auprès des artistes de chez nous.

HipstamaticPhoto-515109014.189230.jpg

Encore une fois, nous avons été emballé par leur produit aux saveurs de concombre et de lavande et contentes de pouvoir rencontrer en personne, cette fois-ci, les associés de cette entreprise de Montréal. Ce sont eux qui nous ont expliqué pourquoi et comment ils intègrent des créations d’artistes d’ici dans le design de leur bouteilles.

HipstamaticPhoto-515109038.020244

Pour l’occasion, trois des artistes de Canadian Bacon se trouvaient d’ailleurs aussi au Salon, pour peindre tout le long du weekend, une toile devant les visiteurs curieux. Nous avons eu la chance aussi de leur parler et d’en apprendre davantage sur le parcours de Phelipe Soldevila.

Printemps, pas printemps, il faisait définitivement soleil au Centre des Congrès toute la fin de semaine! Les semaines prochaines nous réserveront-elles autant de surprises d’ici l’arrivée des chauds rayons de soleil? À suivre!

Un gros merci à l’équipe de Brouillard Communication pour l’invitation au Salon international des Vins et Spiritueux. Nous y avons passé un moment tout à fait privilégié, grâce à vous!

Photo d’entête: Les gens de Fireball nous ont mixés une sangria originale au goût de petits poissons durs à la cannelle avec du jus de pomme brut, du vin blanc et de la bière d’épinette.
Publicités

Une réflexion au sujet de « Fin avril, on se découvre d’un fil! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s